AL Central, un duel de puissance pour le titre


AL Central

White Sox, Indians, Tigers, Royals et Twins, ils seront cinq pour un titre de division dans l’AL Central. Qui pourra succéder à Minnesota, sacré en 2020 ? Présentation des forces en présence dans une division où les cartes semblent rebattues.

Chicago White Sox

La jeunesse dorée des White Sox prendra-t-elle définitivement le pouvoir dans la division ? (Crédits : Getty Images)

La saison 2020

Les White Sox étaient attendus comme l’une des franchises à suivre en 2020, et Chicago a plutôt réalisé une saison conforme aux attentes. Dans le sillage d’un Jose Abreu évoluant à un niveau exceptionnel (voir plus bas), la franchise de l’Illinois a bataillé toute l’année pour le titre de division mais finira deuxième d’une AL East où les trois premiers se tenaient en une victoire. La jeunesse dorée des White Sox a enfin commencé à faire parler la poudre, mais si cela fut suffisant pour retrouver les playoffs pour la première fois depuis 2008, cela ne permit pas à Chicago de dépasser le stade des Wild Cards (battu par Oakland). Du mieux, de l’intéressant mais encore du chemin à parcourir.

L’intersaison

Au sortir d’une saison intéressante, Chicago n’a pas bouleversé son effectif mais y a incorporé quelques ajouts intéressants. En perte de vitesse l’an dernier avec Washington, Adam Eaton tentera de se relancer avec les White Sox. Du côté des lanceurs, Lance Lynn arrive pour densifier une rotation déjà solide tandis que Liam Hendricks, peut-être le meilleur reliever des Ligues Majeures, apportera plus de constance à l’un des bullpens les mieux construits de la MLB. À noter au rayon des départs celui de James McCann, remplacé numériquement par Jonathan Lucroy.

La Star : Jose Abreu, 1B

À trente-quatre ans, Jose Abreu sort tout simplement de la meilleure saison de sa carrière. Figure de proue d’une jeune équipe dont il est le leader, il a dominé les Ligues Majeures aux hits, aux RBIs et a dominé l’American League au Slugging Percentage. Excellent, il fut logiquement élu MVP en AL pour la première fois de sa carrière. Entouré de jeunes loups, il devra encore une fois montrer l’exemple à ses coéquipiers si Chicago veut être ambitieux cette saison.

Le joueur à suivre : Luis Robert, CF

Pour sa première saison en MLB, Luis Robert était attendu au tournant. S’il ne fut pas élu rookie de l’année, le Cubain a tout de même montré des choses très intéressantes malgré un pourcentage au bâton largement améliorable. L’an II de sa carrière américaine devra lui permettre de passer un palier pour permettre aux White Sox de viser les sommets de la division.

La Clé : la constance

Chicago a un effectif jeune et a sûrement profité du nombre relativement faible de matchs l’an dernier pour accrocher le wagon de tête en AL Central. Cette année, la saison sera beaucoup plus longue, et il faudra se montrer régulier pendant plusieurs mois pour prétendre à faire mieux que l’an dernier. Le groupe compte plusieurs éléments inexpérimentés qui devront faire preuve de maturité pour jouxter avec les favoris de la division, mais le cocktail semble bien dosé avec les joueurs plus expérimentés présents dans l’effectif.

Le Prono

Programmés pour exploser l’an dernier, les White Sox doivent désormais confirmer les espoirs placés en eux. Dans une division où les Twins seront favoris à leur propre succession Chicago peut y croire et au moins espérer une Wild Card au regard du gap qui semble séparer le Top 2 supposé du reste de la division. 1er en AL Central.

Cleveland Indians

Les Indians ont-ils encore les armes pour jouer les premiers rôles ? (Crédits : Paul Sancya | AP)

La saison 2020

Beaucoup pensaient Cleveland en fin de cycle, mais les Indians ont prouvé qu’ils avaient encore de la ressource en 2020. Convaincants, les Indians ont joué les yeux dans les yeux avec Minnesota et Chicago, même si la franchise de l’Ohio terminera finalement troisième à une petite victoire des Twins, champions AL Central en 2020. Néanmoins, avec l’élargissement du nombre de franchises qualifiées pour les playoffs, les Indians purent obtenir une place en Wild Card méritée au regard de leur saison. Malheureusement, leur aventure en postseason tournera court et Cleveland sera sèchement éliminé par les Yankees (2-0), mettant fin à une saison qui semblait venir clôturer un cycle.

L’intersaison

Après plusieurs années de rumeurs, Cleveland a enfin sauté le pas. En instance de départ depuis trop longtemps, Francisco Lindor a ainsi quitté l’Ohio pour rejoindre les Mets, emmenant dans ses bagages Carlos Carrasco. En échange, Cleveland a récupéré des jeunes qui devraient intégrer le lineup comme Andrés Gimenez, destiné à remplacer Lindor poste pour poste. Outre cela, les Indians ont été très discrets cet hiver, laissant tout de même partir Brad Hand (RP, Nationals) et Carlos Santana (1B, Royals) tandis qu’Eddie Rosario fut le seul ajout notable à l’effectif.

La Star : Shane Bieber, SP

AL Cy Young en 2020 et auteur d’une saison extraordinaire (1.63 ERA, Triple Crown) qui lui a permis de s’inviter sur à la quatrième place du vote MVP, Shane Bieber est déjà la plus grosse star des Indians. À seulement vingt-cinq ans, le Californien s’est affirmé comme l’un des meilleurs lanceurs de la ligue dans une rotation intéressante l’an dernier. Si les Indians devraient connaître une saison de transition, Bieber pourrait à nouveau terroriser les frappeurs qu’il croisera.

Le joueur à suivre : Jose Ramirez, 3B

Avec le départ de Francisco Lindor vers New York, Jose Ramirez est désormais le seul leader dans le lineup des Indians. Sortant d’une saison de très haute volée où il finit deuxième au vote du MVP, le Dominicain incarne l’espoir pour les fans de Cleveland qui espèrent que la franchise luttera encore plus les playoffs en 2021.

La Clé : prendre une décision

Le statut de Cleveland est assez flou à l’orée de cette saison 2021. Avec le transfert de Francisco Lindor, la franchise pourrait faire le choix de la reconstruction mais possède encore des joueurs de grande qualité (Bieber et Ramirez en tête) qui pourraient leur permettre de rester compétitif. Choix vraisemblablement financier, le départ de Francisco Lindor impactera les performances de la franchise, mais il faut espérer que la direction prenne une décision pour que la franchise ne végète pas au milieu du tableau, ce qui reviendrait presque à une année pour du beurre.

Le Prono

Comme expliqué précédemment, Cleveland ne semble pas encore décidé à reconstruire et a des armes pour rester compétitif. Si des transferts plus tard dans la saison pourraient permettre d’y voir plus clair sur les intentions de la franchise, les Indians semblent pour l’instant s’installer dans le ventre mou de la division, à la croisée des chemins entre la lutte pour le titre et celle pour ne pas finir dernier. 3e en AL Central.

Detroit Tigers

La jeunesse est là à Détroit, mais est-ce déjà l’heure du renouveau ? (Crédits : Junfu Han, Detroit Free Press)

La saison 2020

Les saisons se suivent et malheureusement se ressemblent du côté de Detroit. Absente des playoffs depuis 2014, la franchise du Michigan a – comme attendu – encore une fois manqué le coche en se retrouvant très vite dans les dernières places de sa division. Si les Tigers affichaient encore un bilan neutre à la mi-saison, la franchise a totalement craqué en ne remportant que sept de ses vingt-six derniers matchs. Si on a pu voir des choses intéressantes cette saison au Comerica Park comme les arrivées (difficiles) de Casey Mize et Tarik Skubal en MLB, 2020 n’était pas encore la saison du renouveau pour Detroit. L’attaque a peiné, la défense implosé et les jeunes inconstants ; bref, heureusement que la saison était raccourcie.

L’intersaison

Si les Tigers misent beaucoup sur l’éclosion de leurs jeunes (Mize, Skubal, Manning, Torkelson) pour repartir de l’avant, la franchise a également décidé d’investir cet hiver pour renforcer son lineup. Ainsi, Detroit a engagé l’expérimenté Wilson Ramos (dix ans en MLB) au poste de catcher – un choix également effectué pour guider les jeunes lanceurs de l’effectif –, mais aussi Robbie Grossman et Nomar Mazara pour densifier l’outfield. Renato Nunez viendra lui s’installer (temporairement ?) sur un coussin en lieu et place de CJ Cron, tandis que Jose Urena et Julio Teheran essaieront d’apporter plus de sécurité à une rotation en grande difficulté l’an passé mais dans laquelle devraient s’installer à terme plusieurs jeunes talentueux.

À noter également l’arrivée du très convoité AJ Hinch (ex-Astros) dans le dugout en tant que manager en lieu et place de Ron Gardenshire, parti à la retraite. Ayant l’expérience des grands rendez-vous et réputé pour développer les jeunes, Hinch semble le leader parfait pour diriger ce groupe plein de promesses.

La Star : Jeimer Candelario, 1B/3B

Si le vieillissant Miguel Cabrera est toujours l’un des visages de la franchise à trente-huit ans, difficile de trouver une véritable star sur les bordures du lac Michigan. Ainsi, mettons en lumière un joueur en forme la saison passée : Jeimer Candelario. Repositionné du hard ou cold corner, le New-Yorkais a été excellent au bâton avec moins de pression défensivement. Appelé à former un duo avec Spencer Torkelson (voir ci-après) prochainement, il sera l’un des joueurs à suivre chez les Tigers cette saison.

Le joueur à suivre : Spencer Torkelson, 1B/3B

Est-il déjà l’heure de lancer le premier choix de la Draft 2020 dans le grand bain ? Très attendu par sa franchise, Spencer Torkelson pourrait effectuer ses premiers pas cette année en MLB et déjà montrer pourquoi Detroit l’a appelé en premier en juin dernier. Aux côtés de Casey Mize, Riley Greene ou encore Tarik Skubal, il incarne le futur des Tigers, mais espérons pour lui que ses débuts dans les Ligues Majeures se passent mieux que ceux des deux lanceurs précédemment cités.

La Clé : l’éclosion des jeunes

Avec les débuts programmés de Spencer Torkelson et l’installation potentielle du trio Mize/Skubal/Manning dans la rotation, on devrait en voir un peu plus des jeunes prometteurs du farm system de Detroit. À la base du renouveau espéré par la franchise, ces jeunes devront montrer leur potentiel dès le début et progresser le plus vite possible si la franchise du Michigan veut espérer retrouver un niveau de compétitivité satisfaisant dans les prochaines années et pourquoi pas surprendre très prochainement. Sans cela, Detroit pourrait vivre une nouvelle saison quelconque ou difficile.

Le Prono

La jeunesse semble prête à envahir l’effectif de Detroit, mais ne serait-il pas trop tôt pour parler de prise de pouvoir ? Si Detroit attend beaucoup de ses jeunes, la franchise va devoir les laisser s’acclimater aux Ligues Majeures et prendre leur temps (ce que la franchise n’a pas forcément pu faire l’an dernier) et cela pourrait conduire à une nouvelle saison sans résultats. La progression de certains joueurs sera le fil rouge de la saison, mais il semble encore beaucoup trop tôt pour parler d’ambition et de compétitivité pour des Tigers appelés à devenir la terreur de la division dans quelques années. 5e en AL Central.

Kansas City Royals

Nouvelle saison de transition à Kansas City ? (Crédits : Abbie Parr/Getty Images)

La saison 2020

Pas de surprise en 2020 pour les Royals, qui ont continué leur progression sans pour autant réaliser de coup d’éclat ou de surprise. Avec un effectif qui laissait en grande partie la place aux jeunes, Kansas City aura profité des nombreux affrontements face aux membres des deux divisions centrales pour encore améliorer son bilan sans pour autant briller et décoller de cette quatrième place de l’AL Central que la franchise occupait déjà l’année précédente. La bonne surprise de la saison sera venue de la rotation où le mélange entre expérience (Duffy, Junis) et jeunesse (Keller, Singer, Bubic) aura convaincu, tandis que le lineup se sera surtout reposé sur le talent de Salvador Perez et la vitesse d’Adalberto Mondesi.

L’intersaison

Toujours dans l’optique d’attendre l’éclosion de quelques pépites de son farm system (Witt Jr, Lynch, Lacy), Kansas City a effectué des améliorations dans son effectif sans pour autant hypothéquer son futur. Avec le départ de l’enfant roi Alex Gordon, les Royals ont signé Michael Taylor dans le champ centre tout en faisant venir Andrew Benintendi par transfert dans l’optique de renforcer l’outfield. Des vétérans ont également été incorporés au lineup, à l’image de Jarrod Dyson et du Dominicain Carlos Santana. Un peu d’expérience a également été amenée chez les lanceurs avec la signature de Mike Minor pour stabiliser la rotation, mais aussi les invitations pour le training camp de Brad Barch et Wade Davis. Pas de folie donc, mais des ajouts intéressants avec une multitude de contrats courts.

La Star : Salvador Perez, C

Absent en 2019, Salvador Perez a peut-être réalisé la meilleure saison de sa carrière en 2020. Constant au bâton (.346%) et puissant (161 OPS+, meilleur catcher dans ce domaine), le Vénézuélien s’est montré précieux dans une franchise qui n’a pas vécu la meilleure saison de son histoire. Aux côtés de Whit Merrifield il fait office de pilier chez les Royals et devra à nouveau réaliser une saison proche de ses standards de 2020 si Kansas City veut espérer jouer quelque chose cette année.

Le joueur à suivre : Andrew Benintendi, LF

Recrue phare des Royals cet hiver, Andrew Benintendi sera attendu au tournant dans le Missouri. Considéré comme un grand espoir après sa draft en 2015, il faisait partie de l’outifeld exceptionnel des Red Sox en 2018 mais n’a jamais pu exprimer pleinement son potentiel à Boston. Dans un nouvel environnement, il devra montrer qu’il est capable de passer un pallier après avoir disputé seulement quatorze matchs en 2020.

La Clé : la patience

Même s’il y a du mieux de saison en saison à Kansas City, les Royals semblent encore loin de pouvoir retrouver les playoffs et d’être en mesure de rivaliser avec les meilleures équipes de la division. La franchise du Missouri va devoir une nouvelle fois prendre son mal en patience et attendre que sa reconstruction avance, tout en espérant que ses jeunes talents soient prêts le plus vite possible à intégrer les Ligues Majeures. Si les Royals venaient à être l’une des équipes surprises de la première partie de saison, il ne faudra surtout pas sacrifier une partie de son futur pour accrocher des playoffs certainement illusoires cette saison.

Le Prono

Kansas City continue doucement de remonter la pente mais semble encore loin du wagon de tête. Si Cleveland pourrait voir ses performances chuter cette année, la franchise de l’Ohio reste un ton au-dessus des Royals, tout comme le duo White Sox/Twins. L’objectif devrait donc être d’améliorer une nouvelle fois le pourcentage de victoire, tout en devançant Detroit pour ne pas retrouver la dernière place de la division. 4e en AL Central.

Minnesota Twins

Le triplé pour Minnesota en AL Central ? (Crédits : Brace Hemmelgarn/Getty Images)

La saison 2020

Après une saison à 101 victoires en 2019, Minnesota était attendu au tournant pour confirmer cet exercice exceptionnel. Malgré l’absence ou les difficultés de joueurs déjà présents lors de ce run exceptionnel, les Twins ont su tenir le rythme dans cette saison largement raccourcie. Si l’attaque a été moins prolifique, certains joueurs ont pris leur responsabilités pour compenser les déboires de certains frappeurs à l’image d’un Nelson Cruz toujours aussi important à quarante ans. Dans une AL Central indécise jusqu’au bout, Minnesota a finalement réussi à conserver son titre de division mais aura encore échoué dès son entrée en lice en playoffs, éliminé sèchement (2-0) par les Astros.

L’intersaison

Pas de gros chamboulement dans l’effectif des Twins au cœur de l’hiver. Principal agent-libre de la franchise, Nelson Cruz a été prolongé pour une nouvelle saison. Toujours dans le lineup, Eddie Rosario, Alex Avila et Ehire Adrianza n’ont pas été conservés, mais cela été grandement compensé en interne avec les prises de pouvoir attendues des jeunes Alex Kirilloff (voir plus bas) et Ryan Jeffers. À noter aussi l’arrivée d’Andrelton Simmons, seule signature majeure des Twins au cœur de l’intersaison. Le bullpen a également connu une vague de départs mais cela a encore été compensé par une grosse signature (Alex Colome) et des promotions internes, tandis que la rotation a vu J.A Happ et Matt Shoemaker substitué Jake Odorizzi et Homer Bailey, encore sans contrat à l’heure où ces lignes sont écrites.

La Star : Kenta Maeda, SP

Les vétérans Josh Donaldson et Nelson Cruz sont peut-être les visages de la franchise, mais un Twin a-t-il été plus impressionnant que Kenta Maeda en 2020 ? Pour sa cinquième année dans les Ligues Majeures, le Japonais a réalisé la meilleure saison de sa carrière en terminant deuxième au vote de l’AL Cy Young. Avec une ERA de 2.70, six victoires et la meilleure WHIP de la MLB (0.750), il a été terrifiant sur le monticule et sera LE lanceur le plus attendu de la rotation de Minnesota.

Le joueur à suivre : Alex Kirilloff, LF

Un nouveau slugger dans le Minnesota ? Prospect n°1 du farm system des Twins cette année, Alex Kirilloff semble enfin prêt à découvrir les Ligues Majeures et pourrait directement s’installer dans le champ gauche du lineup de la franchise. Connu pour sa puissance et son bras lors de sa Draft, il a le champ libre maintenant qu’Eddie Rosario n’a pas été prolongé et ses débuts seront scrutés de près par les habitués du Target Field

La Clé : retrouver de la puissance

Ce qui avait fait la force des Twins lors de leur saison à 101 victoires, c’était assurément la puissance de frappe du lineup. Si Minnesota a continué à frapper fort en 2020, on a tout de même pu constater une certaine baisse de régime qu’il faudra corriger pour espérer enfin passer un tour de playoffs en 2021. Certains joueurs étaient en méforme l’an dernier, et un retour au niveau de tout le monde permettrait de refaire des Twins la machine inarrêtable qui s’était construite il y a deux ans.

Le Prono

Minnesota est armé pour réaliser la passe de trois dans sa division, mais les choses pourraient être plus compliquées que prévu. Si les Twins ont de la puissance dans leur alignement et possèdent des qualités dans la rotation et le bullpen, un concurrent venu de l’Illinois pourrait les faire tomber de leur piédestal. Une lutte à deux entre Twins et White Sox pourrait être le fil rouge de la saison en AL Central, et à ce petit jeu Chicago pourrait en surprendre plus d’un. 2e en AL Central.

Après le sacre des Twins en 2020, qui sera en mesure de succéder à Minnesota dans cette AL Central ? Le tenant du titre semble en mesure de réaliser la passe de trois, mais Chicago semble enfin prêt à prendre le pouvoir et pourrait faire vaciller la franchise du Nord des États-Unis. Derrière ce match à deux annoncé Cleveland se pose en outsider mais semble un ton en-dessous, végétant entre le duo de tête et celui de bas de tableau où Tigers et Royals devraient encore se tirer la bourre pour éviter la dernière place de la division.



Laisser un commentaire